corrida.fr

Corrida.fr le site des aficionados français

Hébergement - Edition Dataxy 2004-2015

 

Holé !

Traditions de la Corrida, et informations pratiques en France

Traditions de la Corrida, et informations pratiques en France

 

Restez informé !


 

Corrida.fr le site des aficionados français

Traditions

Le sorteo

 

 
C'est la répartition des taureaux entre les matadors par un tirage au sort le jour même de la corrida, à midi.
Préalablement au sorteo, les représentants des matadors inspectent les taureaux, puis ils forment les lots en essayant de répartir les taureaux le plus équitablement possible en fonction de leurs facilités ou difficultés supposées. Les numéros des taureaux sont inscrits par paires sur de petits papiers et tiré par ordre d'ancienneté du représentant du matador
Généralement, il y a six taureaux et trois matadors par corrida. Chaque matador combat donc deux taureaux : le matador le plus ancien combat les premier et quatrième, le deuxième par ordre d'ancienneté combat les deuxième et cinquième, le plus jeune combat les troisième et sixième.
 

 

L'apartado

 

 
Les taureaux sont séparés les uns des autres et placés un à un dans les chiqueros, cellules obscures d’environ trois mètres sur deux, dans lesquelles ils attendent l'heure de la corrida afin de pouvoir être lâchés dans l'arène au moment voulu.
 

 

Le paseo

 

 
C'est le défilé  de tous les participants précédé par les alguaziles (les « policiers » de la place).
Viennent au premier rang les trois matadors, classés par ordre d'ancienneté : du plus ancien à gauche au plus jeune à droite. Si un torero se présente pour la première fois dans la « plaza », il avance tête nue, sinon il est coiffé du chapeau traditionnel la « montera ».
Derrière suivent les peones ou banderilleros (aides du matadores posent également les banderilles)
puis les picadors  (Le picador plante les piques dans l'échine du taureau lors du premier tercio)
Viennent ensuite les areneros ou monosabios (employés des arènes qui remettent en état la piste entre deux taureaux)
Vient enfin le train d'arrastre, attelage de mules chargé de traîner la dépouille du taureau hors de l’arène
 

 

La lidia

 

 
C'est le combat. Une corrida formelle comprend en principe la lidia de six taureaux. Pour chacun d'entre eux, la lidia se déroule selon un protocole immuable. Ce protocole est décomposé en trois parties, appelées tercios,

Premier tercio : le tercio de pique
Après la sortie du taureau, le matador ou le torero (non confirmé encore), et ses peones effectuent des passes de cape « capote », pièce de toile généralement de couleur lie de vin à l'extérieur et jaune (ou bleu azur) à l'intérieur, qui sert de leurre. Ces premières passes de capote permettent au matador d’évaluer le comportement du taureau : corne maitresse, manière de charger, course, etc.

Deuxième tercio : le tercio de banderilles
Le deuxième tercio consiste à poser les banderilles, bâtons d'environ 80 cm de long, terminés par un harpon de 4 cm de long et recouverts de papier de couleur. Les banderilles sont généralement posées par les peones, mais certains matadors  les posent eux-mêmes. En principe, il est posé trois paires de banderilles.

Troisième tercio : le tercio de mise à mort
La faena de muleta est le travail à pied du matador à l'aide d'un leurre en tissu rouge, la muleta. La faena de muleta prépare le taureau à la mort. À l'origine, la faena de muleta se limitait à quatre ou cinq passes ; aujourd'hui, le matador qui en ferait si peu déclencherait une énorme « bronca » de la foule. Tout comme celles de capote, les passes de muleta sont innombrables.
Ce tercio se termine par l’estocade  à l’aide de l'épée.
 

 

Les récompenses

 

un taureau est rarement gracié mais cela arrive
un taureau est rarement gracié mais cela arrive 
S'ils ont apprécié la prestation du matador, les spectateurs réclament au président que lui soient accordées une, voire deux oreilles, et même deux oreilles et la queue. Le président accorde les récompenses en présentant un, deux ou trois mouchoirs blancs. Les trophées sont coupés sous la surveillance de l'alguazil qui les remettra au matador après que la dépouille du taureau aura été tirée hors de la piste. Il ne reste plus au matador qu'à faire une vuelta al ruedo : il fait le tour de la piste en longeant la barrière et salue le public

Si le taureau a été exceptionnellement bon, le président pourra lui accorder à lui aussi une vuelta al ruedo en présentant un mouchoir bleu. Et s'il a été plus qu’exceptionnellement bon, le président pourra, avant l'estocade, ordonner sa grâce en présentant un mouchoir orange El indulto.
 

 

Traditions

Corrida.fr le site des aficionados français